Actualités

Les perspectives 2018 pour le marché de l’immobilier en Suisse

Le marché de l’immobilier suisse se retrouve face à un paradoxe pour l’année 2018. Les différents indicateurs semblent en effet s’annuler entre eux ce qui devrait conduire à une situation relativement neutre. Pour tenter de démêler ces différents nœuds de contradictions, focus sur les principaux chiffres à retenir.

 

 

Une baisse de l’offre

 

Le marché suisse a vécu de nombreuses années de sur-offre. Cela a fatalement conduit à une baisse constante du prix des loyers ainsi que des taux d’intérêt. Cependant, la situation risque d’être légèrement différente en 2018. Avant tout, l’offre va connaitre une légère baisse. Les prix risquent ainsi de repartir à la hausse. D’ailleurs, l’activité de construction connait un léger repli. Celui-ci se révèle suffisamment marqué pour accentuer la hausse des prix. En 2018, il faut s’attendre à une hausse des prix des maisons individuelles de l’ordre de 2,5 %. Cette hausse avait déjà commencé en 2017 avec une croissance des prix de transaction de 1,9 %. Les appartements en propriété quant à eux connaitront une valorisation de 2 % en 2018 après une hausse de 1,4 % en 2017 et une baisse de 3,4 % en 2016.

 

 

Le poids des baby-boomers

 

En 2018, le marché ne risque pas ainsi de connaitre les symptômes de la suroffre. Il est intéressant de noter que la baisse de l’activité de construction s’explique par l’évolution démographique de la population suisse active. En Suisse, le propriétaire moyen est âgé de 58 ans. Il appartient ainsi à la génération des baby-boomers. Selon les chiffres officiels, 42 % des propriétés appartiennent à ce groupe d’âge alors qu’il ne représente que 31 %. La grande importance des baby-boomers sur le marché pousse les investisseurs à faire preuve de prudence. Avec le temps, leur capacité à s’acheter une propriété diminue en effet avec leur revenu. Du coup, les investisseurs préfèrent se tourner vers les logements en propriétés aux dépits des maisons individuelles. De plus en plus de biens locatifs sont ainsi réaffectés en logements en propriété.

 

immobilier_suisse.png

 

Un maintien de la demande

 

La hausse des prix reste cependant à relativiser. Elle ne devrait pas être particulièrement conséquente. En tout cas, elle ne va pas créer une situation de surchauffe. Les taux hypothécaires restent en effet bas malgré une légère hausse. L’hypothèque fix à 5 ans passe par exemple de 1,27 à 1,40 tandis que l’hypothèque fix à 10 ans passe de 1,59 à 2 %. La demande ne devrait donc pas connaitre une hausse pour 2018. Les exigences réglementaires risquent également de freiner une potentielle impulsion de la demande.

 

Source : Crédit Suisse©

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé(e).